Chargement Évènements

Concert d’abonnement

Papa Haydn


mercredi 6 et jeudi 7 décembre 2023

20h30 • L’Escale

Place Roger Panouse, Tournefeuille

Acheter vos places

Joseph Haydn (1732-1809)
Concerti en La et en Sol
Gilles Colliard, violon

W.A. Mozart (1756-1791)
La Ci darem la mano (Don Giovanni)

Michael Haydn (1737-1806)
Divertimento en Ré majeur – Thème et Variations

Carl Philip Emmanuel Bach (1714-1788)
Sinfonia H 658 en si bémol WQ 182/2

« Isolé du monde, je ne pus devenir qu’original », c’est ainsi que Joseph Haydn explique tout le bénéfice artistique qu’il a su tirer des 28 années passées au château d’Esterhaza au service d’une famille princière qui au final lui a laissé une grande liberté. Avoir un orchestre complet à disposition, et jusqu’à 242 spectacles dans l’année, voilà certes de très beaux outils qui facilitent la création. Mais ces éléments n’expliquent en rien le génie de cet homme, né en pleine période baroque, et qui sait inventer un style nouveau qui va devenir le classicisme. Le Prince Esterhazy est tellement conscient du talent de son « serviteur » qu’il le laisse diriger ses propres œuvres à Vienne et supprime la clause d’exclusivité lors de la rédaction de son second contrat. De caractère débonnaire, protecteur de ses musiciens, Haydn se fait leur interprète auprès de leur employeur commun. On raconte que la symphonie des Adieux dans laquelle les musiciens quittent la scène les uns après les autres alors que la musique continue, a été écrite pour signifier au Prince que les musiciens aussi ont besoin de repos. Affectueusement surnommé « papa Haydn » aussi bien par ses musiciens que par le jeune Mozart qu’il apprécie au point de dire de lui qu’il est « le plus grand compositeur que le monde connaisse », Joseph Haydn rappelle aux artistes de tous les temps qu’il est possible d’être l’un des plus grands créateurs de son époque tout en cultivant la simplicité dans les rapports humains. La musique est à l’image de l’homme, toujours aimable, jamais faible.

Les compositeurs

Joseph Haydn
Joseph Haydn est un compositeur autrichien né le 31 mars 1732 à Rohrau et mort le 31 mai 1809 à Vienne.
Son don pour la musique est vite remarqué et, chanteur dans le chœur de la cathédrale de Vienne, il apprend par lui-même les bases de la composition. De plus en plus célèbre, Haydn travaille ensuite comme professeur, maître de chapelle, puis comme “compositeur attitré” du fameux Prince Esterhazy (de cette période date par exemple son Stabat Mater). Il enseigne occasionnellement au jeune Ludwig van Beethoven et rencontre un autre génie, Wolfgang Mozart.

Haydn est, avec Mozart, la figure majeure du classicisme viennois. Il a porté au plus haut niveau la forme sonate dans le répertoire du clavier, du quatuor à cordes et de la symphonie.

W.A. Mozart
Wolfgang Mozart est né le 27 janvier 1756 à Salzbourg. Lui et sa sœur Maria-Anna sont des enfants prodiges de la musique, encore jeunes quand leur père Leopold exhibe leurs talents musicaux à travers l’Europe (Paris, Londres,…) : Wolfgang joue du violon et sa sœur du piano. Ces voyages permettent à Mozart de découvrir de nombreux musiciens (dont le fils de Johann Sebastian Bach) et d’effectuer d’importants progrès. Ainsi, Mozart écrit son premier opéra à l’âge de 11 ans ! Mozart devient de plus en plus connu : il est payé pour écrire de la musique, il travaille par exemple pour l’archevêque Colloredo. Mais cela ne lui plaît pas beaucoup car il n’est pas assez libre : il quitte l’archevêque en 1781. Peu après, il se marie avec Constance Weber et travaille comme professeur de musique particulier auprès de familles riches. Mais, s’il gagne beaucoup d’argent, il ne sait pas le gérer. Mozart passe des années difficiles avec mort de son père, la maladie et des dettes. En 1791, il compose tout de même deux chef-d’œuvres : la Flûte enchantée et le Requiem. Mozart meurt à Vienne, en Autriche, le 5 décembre 1791 à seulement 35 ans, en laissant plus de 600 œuvres à la postérité.

Carl Philipp Emanuel Bach
Carl Philipp Emanuel Bach, né le 8 avril 1714 à Weimar et mort le 14 décembre 1788 à Hambourg, est un compositeur allemand. Deuxième fils survivant de Jean-Sébastien Bach et Maria Barbara Bach, il fut reconnu comme un génie par certains de ses illustres contemporains, Ludwig van Beethoven en particulier. Il fut surnommé le Bach de Berlin et de Hambourg.

Initié très tôt à la musique, il joue en virtuose du clavecin dès son enfance, mais suit cependant des études de droit à Leipzig (1734 à 1738), associées à la composition.

En 1738, le prince de Prusse propose à Carl Philipp Emanuel de faire partie de sa cour, à Berlin, en tant que claveciniste. Mais le musicien n’est pas assez estimé et il subit la jalousie de ses “collègues” (entre autres, Johann Joachim Quantz, professeur de flûte de sa Majesté). Il restera tout de même plus de 30 ans à cette place.

En 1744, après une période de traitement médical en Bohême, Bach épouse Johanna Maria Dannemann qui lui donnera trois enfants, tous sans descendance. Après la mort de son père en 1750, Carl Philipp Emanuel, héritier d’une partie des biens familiaux, recueille son demi-frère Johann Christian. Mais il se lasse de la cour, où il est peu considéré. Il essaiera donc de se placer à Zittau, puis à Leipzig où il tente de succéder à son père mais en vain.

Enfin, en 1768, un an après la mort de Georg Philipp Telemann, son parrain, Bach quitte son employeur trop avare à son goût (le musicien n’est pas sous-payé, mais le monarque avait refusé de rembourser à ses musiciens les dommages de la guerre de Sept Ans) et est nommé Cantor dans une petite chorale. Il dirige également la musique des cinq principales églises de Hambourg.

Michael Haydn
Michael Haydn est un compositeur autrichien né le 14 septembre 1737 à Rohrau (Autriche) et mort le 10 août 1806 à Salzbourg (Autriche). Frère cadet de Joseph Haydn, il marche sur ses traces en se formant notamment à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. Sa première œuvre connue est la Messe en l’honneur de la Sainte Trinité, datée de 1754. Au cours de sa carrière, il officie le plus souvent comme maître de chapelle auprès de différents employeurs, parmi lesquels le prince-archevêque Siegmund. Compositeur respecté, il comptera notamment parmi ses élèves Carl Maria von Weber. Wolfgang Mozart a étudié son œuvre et s’en est même parfois inspiré.

[SAISON 23/24] PAPA HAYDN J.HAYDN, Concerto no.4 en Sol majeur - II Adagio (extrait de la répétition) Orchestre de Chambre de Toulouse Gilles Colliard, violon et direction

Distribution

Violons 1 : Gilles Colliard, Nicolas Kononovitch, Audrey Dupont, Aurélie Fauthous.
Violons 2 : Ana Sánchez, Benjamin Borhani, Robin Apparailly.
Altos : Carlos Vizcaino, Vincent Gervais.
Violoncelles : Nabi Cabestany, Anne Gaurier, Étienne Larrat.
Contrebasse : Nohora Muñoz.

Gilles Colliard, violon et direction

Tarifs

Place à l’unité : 27€ / tarif réduit* : 22€ /
tarif -26 ans : 5€ /gratuité : -16 ans, étudiants au CRR, bénéficiaires du RSA.

*Tarif réduit : possesseurs de la Carte Toulouse Culture, de la Carte Sourire, personnes de + de 65 ans, personnes en situation de handicap, demandeurs d’emploi, étudiants, groupe (10 personnes et +), comités d’entreprises.


Vous pouvez réserver vos places auprès du bureau de l’OCT
du lundi au vendredi de 13h15 à 18h15 (22 allée de Barcelone à Toulouse),
par téléphone en appelant l’Orchestre au 05 61 22 16 34,
ou par email : octcontact9@gmail.com

"LA MUSIQUE DONNE UNE ÂME À NOS CŒURS ET DES AILES À LA PENSÉE"

Platon

L’Orchestre de Chambre de Toulouse est une formation de musique de Chambre fondée en 1953 par Louis Auriacombe.
Actuellement dirigé par Gilles Colliard, chef d’orchestre, compositeur, pédagogue et violon solo, l’OCT propose plus de 150 concerts par an, du répertoire baroque à la musique actuelle.