Orchestre de Chambre de Toulouse - Site Officiel

  •  

    SCHUBERT, La Jeune fille et la mort



15 novembre 2010 > De 20h30 à 22h00 > Le Phare - Tournefeuille

Franz Schubert (1797-1828)
La Jeune fille et la mort
Rondo pour violon en La majeur D438
Violon, Gilles Colliard

Le thème anti­que de la Jeune fille et la mort sera l’objet de nom­breu­ses pein­tu­res au XVIe siècle mais c’est à partir d’un poème de Matthias Claudius (1740-1845) que Schubert écrira son qua­tuor éponyme en 1824.
Conformément à la vision qu’ont les roman­ti­ques de la mort, la jeune fille entame avec le sque­lette un étrange bal de la séduc­tion où tour à tour elle s’aban­donne et se révolte. S’il n’est pas cer­tain que le poème de Claudius soit aujourd’hui capa­ble de nous tou­cher encore, la musi­que de Schubert est tou­jours aussi émouvante, pour peu qu’on lui conserve le carac­tère pudi­que qu’elle doit tou­jours garder même dans ses plus grands élans. 
C’est Gustav Malher qui aura l’idée d’écrire de ce qua­tuor une ver­sion pour orches­tre sym­pho­ni­que, et aujourd’hui, l’Orchestre de Chambre de Toulouse vous en pro­pose sa propre ver­sion. Le Rondo pour violon quant à lui vient illus­trer le talent du com­po­si­teur pour la musi­que de cham­bre. Ni concer­tant, ni vir­tuose, il est pour­tant redouté de tous les inter­prè­tes à cause du clas­si­cisme et de la pureté de son écriture.


A L'AFFICHE
L'ACTUALITÉ

Précédent

L'AGENDA DES CONCERTS




Conception, réalisation
kayaweb.fr