Orchestre de Chambre de Toulouse - Site Officiel

  • Piano, Timon Altwegg Direction, Gilles Colliard 

    Liszt


11 mai 2017 > De 20h30 à 21h30 > Auditorium St-Pierre-des-Cuisines - Toulouse

12 mai 2017 > De 20h30 à 21h30 > Auditorium St-Pierre-des-Cuisines - Toulouse

16 mai 2017 > De 20h30 à 21h30 > L'Escale - Tournefeuille

17 mai 2017 > De 20h30 à 21h30 > L'Escale - Tournefeuille

Franz Liszt (1811-1886)
Concerto n°1
transcription pour cordes Gilles Colliard

Joachim Raff (1822-1882)
Quatuor n°2

Dès l’âge de 15 ans Liszt est célè­bre comme vir­tuose du piano. Pourtant, ce n’est qu’après avoir écouté Paganini pour la pre­mière fois qu’il décide de tout modi­fier pour égaler au piano la vir­tuo­sité du vio­lo­niste. Plus qu’un choc, c’est une révé­la­tion. Toute sa vie, il sera un cher­cheur, remet­tant sans cesse en cause ses tech­ni­ques pré­cé­den­tes, revi­si­tant les études qu’il a déjà écrites. Cherubini lui refuse l’entrée au
Conservatoire de Paris ? Qu’importe ! Il est déjà connu de toute l’Europe et fré­quente assi­dû­ment les « salons » où les car­riè­res se font et par­fois se défont. Mystique par­fois, au point de penser sou­vent à deve­nir prêtre (il pren­dra la sou­tane en 1865), épris de phi­lo­so­phie et de lit­té­ra­ture, s’inté­res­sant à toute forme de réflexion sur l’art et la place de l’artiste, Liszt par­tage les thèses de Lamennais, pré­cur­seur du catho­li­cisme social qui voit en lui « l’artiste nou­veau » qui saura faire le lien entre le sacré et le pro­fane. Du point de vue de la com­po­si­tion, Liszt trans­gresse les codes clas­si­ques. Utilisation des ryth­mes de la musi­que tzi­gane, irrup­tion de la moda­lité au détri­ment de la tona­lité, avec Wagner et contre Brahms, il est un tenant de la musi­que de l’avenir.


A L'AFFICHE
L'ACTUALITÉ

Précédent

L'AGENDA DES CONCERTS




Conception, réalisation
kayaweb.fr