Orchestre de Chambre de Toulouse - Site Officiel

  •  

    La Follia - Italie Baroque


Au même titre que la Grèce, l’Italie peut-être consi­dé­rée comme la mère des arts. De la Renaissance à la période baro­que qui est l’objet de ce CD, une véri­ta­ble fré­né­sie s’empare de la pénin­sule. En musi­que, c’est un véri­ta­ble déluge de com­po­si­tions pour répon­dre au plus vite aux goûts chan­geants d’un public avide de nou­veauté. C’est ainsi qu’on compte 432 opéras nou­veaux à Venise entre 1700 et 1743, des mil­liers de concer­tos connus, et sans doute autant d’inconnus, détruits et dis­pa­rus à jamais. Pendant que la France per­siste dans son amour des violes, l’Italie fait très tôt le choix du violon, et les grands luthiers comme Amati ou Stradivari sont là pour mon­trer à quel point la luthe­rie ita­lienne par­ti­cipe à l’évolution rapide des styles, des genres et des formes. Elle invente la « sonata », pièce à sonner pour les cordes et les vents, la « toc­cata », pièce à tou­cher pour les cla­viers, la « can­tata », pièce à chan­ter, voit naître le « concerto grosso » dans lequel deux grou­pes d’iné­gale impor­tance dia­lo­guent et s’oppo­sent tout à la fois, puis le concerto, qui fait la part belle au soliste. « Dans la musi­que com­po­sée dans le goût ita­lien, on laisse beau­coup à la volonté et à la capa­cité de celui qui la joue » (Quantz 1697-1773), et c’est pour­quoi l’orne­men­ta­tion qui est l’art d’agré­men­ter la musi­que atteint un raf­fi­ne­ment que ne connais­sent pas les pays voi­sins. C’est à un voyage au cœur de cette luxu­riance que l’Orchestre de Chambre de Toulouse vous invite


Ce CD n’est plus dis­po­ni­ble à la vente


A L'AFFICHE
L'ACTUALITÉ

Précédent
Suivant

L'AGENDA DES CONCERTS
août 2019 :

Rien pour ce mois

juillet 2019 | septembre 2019





Conception, réalisation
kayaweb.fr