Orchestre de Chambre de Toulouse - Site Officiel

  •  

    Jean-Sébastien Bach, Les Cantates


18 décembre 2012 > De 20h30 à 22h00 > Auditorium St Pierre des Cuisines - Toulouse

20 décembre 2012 > De 20h30 à 22h00 > Auditorium St Pierre des Cuisines - Toulouse

Programme :

- Jean-Sébastien Bach (1685-1750)
* Cantate pour alto n°54, « Widerstehe doch der Sünde »
* Cantate pour basse n°82, « Ich habe genug »
* Cantate pour alto n°170, « Vergnügte Ruh, beliebte Seenlust »

« Le but de toute musi­que est la gloire de Dieu » écrit Bach qui ne se conce­vra jamais que comme un arti­san au ser­vice d’une trans­cen­dance qui par défi­ni­tion lui échappe. Dans l’Allemagne luthé­rienne qui place la musi­que au cœur de l’office et de la vie sociale, J.-S. Bach appar­tient à une dynas­tie de musi­ciens qui depuis des géné­ra­tions tra­vaillent pour l’Église.
Après un bref inter­mède de cinq ans à la cour de Coethen où il écrit la plu­part de ses œuvres pure­ment ins­tru­men­ta­les et dont beau­coup sont « ita­lia­ni­san­tes », il retourne volon­tai­re­ment à une situa­tion de « cantor », rôle com­po­site mélan­geant l’ensei­gne­ment du latin, celui de la théo­lo­gie et celui de la musi­que. Ces années de cantor à Leipzig sont pour­tant d’une extrême fécondité : 48 can­ta­tes, deux « Passions » et la Messe en Si, comme si Bach avait retrouvé un équilibre après une vie de cour pour laquelle il n’était pas fait. Dans les can­ta­tes, Bach nous démon­tre que sa science iné­pui­sa­ble qui sidère aujourd’hui encore tous les musi­ciens lui permet de sou­li­gner au mieux les Passions humai­nes et c’est pour­quoi elles nous émeuvent tant aujourd’hui encore.
« Celui qui chante prie deux fois » disait Martin Luther met­tant la musi­que au cœur de l’office. Nul besoin d’être croyant de nos jours pour sentir dans la musi­que de Bach l’espé­rance d’un monde meilleur et la cer­ti­tude de son avè­ne­ment.

Guillaume FIGIEL DELPECH, alto

Après une interprétation somptueuse des arias de Haendel et Mozart avec l’Orchestre de Chambre la saison passée, nous retrouvons avec plaisir ce brillant contre ténor passionné de musique baroque.
Originaire de Bordeaux, Guillaume Figiel Delpech découvre la musique à 7 ans en entrant au Conservatoire de Bordeaux en classe de violon, il y étudiera ensuite le violon alto et la guitare classique. Il entre en 2003 dans la classe de chant de Jacques Schwarz au CRR (Bordeaux puis Toulouse en 2004). En 2007, il rejoint la classe d’Étude du Style Vocal du département de musique ancienne du CRR de Toulouse sous l’égide de Jérôme Corréas. Il a participé à l’enregistrement de l’intégral des Lamentatio de Constanzo Festa (Arion) encensé en 2008 par la critique. Il est titulaire d’un Prix de chant et d’un Prix d’Étude du Style Vocal du département de musique ancienne, du CRR.




Jean-Claude SARRAGOSSE, basse

Après des études de musi­co­lo­gie à la faculté de Toulouse, Jean-claude Sarragosse est diplômé du C N I P A L de Marseille. Il obtient ensuite un pre­mier prix au Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de W.Christie.
Il débute sa car­rière au sein d’ensem­bles vocaux comme La Chapelle Royale (P.Herrewege), Sagittarius (M.Laplenie), Les Jeunes Solistes (R.Safir) et sera membre des Arts Florissants (W.Christie) pen­dant plus de cinq ans avec lequel il par­ti­ci­pera à de nom­breux concerts et opéras (Atys,Médée,Castor & Pollux….) ainsi qu’a plu­sieurs tour­nées inter­na­tio­na­les (Bresil ,USA,Chine,Austalie Canada….).
Invité par les ensem­bles vocaux ou ins­tru­men­taux, il chante l’ora­to­rio (Passions et can­ta­tes de Bach, Requiem de Fauré ou Mozart, Messie de Haendel, la Création de Haydn ,Noces de Stravinsky…) avec Les Éléments (J.Suhubiette), La Fenice (J.Tubery),Akademia (F.Lassere), Jacques Moderne (J.Suhubiette), Mensa Sonora (J.Maillet) avec les­quels il enre­gis­tre de nom­breux dis­ques.
Passionné par le réper­toire de la Mélodie et du Lied, il se pro­duit avec les pia­nis­tes Corine Durous ou Nathalie Steinberg au Festival de la Médina de Tunis, dans les Alliances Françaises du Brésil et du Mexique au Festival de St.Céré, au Mai musi­cal de Perpignan, a la Fondation Boris Vian d’Eus, au théâ­tre de Dijon .


C’est avec l’ARCAL (C.Gagneron) ou OPERA ECLATE (O.Desbordes) que Jean-claude Sarragosse aborde le réper­toire de l’opéra ; fidèle a ces deux Compagnie Nationales d’Art Lyrique, il inter­prète les rôles de Polyphéme dans Acis et Galatée de Haendel (Berling/Maillet),Caron et Pluton de l’Ophéo de Monteverdi (Gagneron/Lassere), Agamemnon de La Belle Hélène d’ Offenbach (Desborde /Trottin),le Comte Des Grieux de Manon de Massenet (Desborde/Trottin),Bobinet de la Vie Parisienne d’Offenbach (Desbordes /Durous), Masetto du Don Juan de Mozart (Desbordes,Perez/Suhubiette), Papageno de la Flûte Enchantée de Mozart (Desbordes/Suhubiette), Figaro et Bartolo des Noces de Figaro de Mozart (Desbordes/Suhubiette), Osmin de L’enlè­ve­ment au Sérail de Mozart (Desbordes,Perez/Suhubiette), Don Alfonso du Cosi fan Tutte de Mozart (Fau/Verdier), Martino de L’occa­sione fa il Ladro de Rossini (Jemmet/Spinosi). Palivec et le lieu­te­nant Lukash dans Le brave soldat Schweik de Kurka (Desbordes,Perez /Trottin).
Il a été à l’opéra de Dijon, Coline de la Bohème de Puccini ,le prince Gremin d’Eugène Oneguine de Tchaikovsky, Figaro des Noces de Mozart ainsi que Pistolet du Falstaff de verdi .
Il crée le rôle de la Brute aux côtés d’Anne Alvaro et Clotilde Mollet dans La Nuit les brutes (thea­tre musi­cal) créa­tion de Roland Auzet au thea­tre des céles­tins de Lyon.
Il est cette saison en tour­née natio­nale Zarastro de la flûte (Suhubiette/Perez),Agamemnon de Belle Helene (Weber/Desbordes) et sera le Père grenu dans Ciboulette de R.Hahn a l’opéra comi­que (Equilbey/Fau ).


A L'AFFICHE
L'ACTUALITÉ

Précédent

  • SAISON 2019/2020

    ⚪ OUVERTURE DE LA BILLETTERIE le jeudi 9 MAI 2019. Téléchargez le for­­mu­­laire d’abon­­ne­­ment et le pro­­gramme dans la colonne de droite.
    » Lire la suite...
L'AGENDA DES CONCERTS




Conception, réalisation
kayaweb.fr