Orchestre de Chambre de Toulouse - Site Officiel

  • Piano : David Kadouch 

    Chopin, Alkan


Réservation Impossible
13 mai 2014 > De 20h30 à 22h00 > Auditorium Saint Pierre des Cuisines - Toulouse

Réservation Impossible
14 mai 2014 > De 20h30 à 22h00 > Auditorium Saint Pierre des Cuisines - Toulouse

Réservation Impossible
21 mai 2014 > De 20h30 à 22h00 > L'Escale - Tournefeuille (Place de la Mairie)

Réservation Impossible
22 mai 2014 > De 20h30 à 22h00 > L'Escale - Tournefeuille (Place de la Mairie)

- Félix Mendelssohn (1809-1847)
* Symphonie pour cordes n°1

- Frédéric Chopin (1810-1849)
* Concerto pour piano n°2 opus 21 en Fa mineur

- Charles-Valentin Alkan (1813-1888)
* Concerto opus 10 n°2 en Do dièse mineur

Direction, Gilles COLLIARD
Piano, David KADOUCH


Frédéric Chopin, l’enfant pro­dige, com­pose dès l’âge de 7 ans deux peti­tes « polo­nai­ses » pour son ins­tru­ment, le piano. C’est d’autant plus remar­qua­ble que sa for­ma­tion musi­cale n’a débuté qu’un an plus tôt, sous la hou­lette d’un vio­lo­niste admi­ra­teur de Bach, Haydn et Mozart qui gagne sa vie en don­nant des leçons de piano aux famil­les aisées de Varsovie. Il semble que ce pro­fes­seur ait été très peu « diri­giste », au point que cer­tains pré­ten­dent que Chopin est qua­si­ment auto­di­dacte. Quoiqu’il en soit, le petit pia­niste vir­tuose fait, à l’égal du jeune Mozart, une si forte impres­sion que sa noto­riété s’étend très rapi­de­ment jusqu’à l’aris­to­cra­tie, gage d’une future car­rière excep­tion­nelle.
Si la musi­que n’a pas attendu Chopin pour savoir varier le Tempo à l’infini, c’est bien ce com­po­si­teur qui fait l’uti­li­sa­tion la plus magis­trale du « tempo rubato », autre­ment dit le « temps volé », manière qu’ont les musi­ciens d’étirer la matière sonore pour l’ins­crire dans un temps qui n’est pas le tempo ini­tial sans pour autant induire un nou­veau tempo.
Nous pro­fi­tons de la célé­brité de Chopin pour vous faire décou­vrir un autre immense pia­niste com­po­si­teur qui fut l’un de ses amis, Charles Valentin Alkan, injus­te­ment tombé dans l’ano­ny­mat. Sa musi­que est brillan­tis­sime, et comme tou­jours quand il s’agit de musi­que fran­çaise, l’émotion se cache dans la sophis­ti­ca­tion de l’expres­sion.

David Kadouch, Piano


Né en 1985, David Kadouch débute le piano au C.N.R.de Nice avec Odile Poisson. A 14 ans il est reçu à l’una­ni­mité dans la classe de Jacques Rouvier au CNSM de Paris. Après un Premier prix obtenu avec la men­tion Très Bien, il rejoint la classe de Dmitri Bashkirov à l’Ecole Reina Sofia de Madrid, où il pour­suit sa for­ma­tion. Il se per­fec­tionne également auprès de grands maî­tres tels que Murray Perahia, Maurizio Pollini, Maria-Joao Pires, Daniel Barenboim, Vitaly Margulis, Itzhak Perlman, Elisso Virsaladze et Emanuel Krasovsly.
A 13 ans, remar­qué par ltzhak Perlman, il joue sous sa direc­tion au Metropolitan Hall de New York. A 14 ans il se pro­duit au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, puis en 2008 au Carnegie Hall de New York, avec Itzhak Perlman dans le quin­tette de Schumann. Finaliste du “Beethoven Bonn Competition » en 2005, il est l’invité des Académies de Salzburg et de Verbier (Prix d’Honneur en 2009), puis fina­liste du « Leeds International Piano Competition » en 2009. Depuis 2007, il est lau­réat de l’ADAMI et de la Fondation Natexis Banques Populaires.
David Kadouch est invité par des grands fes­ti­vals et séries comme le Festival de musi­que contem­po­raine de Lucerne sous la direc­tion de Pierre Boulez, le Klavier-Festival Rhur, Gstaad, Montreux, Verbier, Santander, Jérusalem, Festival de Saint-Denis, Colmar, Deauville, la Roque d’Anthéron, La Grange de Meslay, Montpellier, Nohant, Piano aux Jacobins à Toulouse et en Chine, la Tonhalle de Zurich et l’Auditorium du Louvre à Paris. Il se pro­duit en musi­que de cham­bre avec Renaud et Gautier Capuçon, Nikolaj Znaider, Antoine Tamestit, Frans Helmerson, Sol Gabetta, Patricia Kopatchinskaja, Michel Dalberto, ainsi que les Quatuors Ebène, Modigliani, Quiroga et Ardeo.
En 2010-2011, David Kadouch fait ses débuts en réci­tal à New York, avec l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich et David Zinman (Beethoven N°5), l’Orchestre Philharmonique de Monte Carlo et Franz Brüggen, l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian avec Jean-Claude Casadesus, l’Orchestre de Strasbourg et Marc Albrecht, le Halle Orchestra et Robin Ticciati, etc… Il donne des concerts à Paris, Bordeaux, Toulouse, Reims, Madrid, Elmau, Munich, au Festival de Schwetzinger, La Roque d’Anthéron et effec­tue une tour­née au Japon. En 11/12 il est avec l’Israel Philharmonic, le Hong-Kong Sinfonieta, avec orches­tre à Frankfurt, Moscou, Cortina, Paris, Bordeaux, Cannes, Pau, en réci­tals à Paris, Avignon, Lyon, Toulouse, Lucerne, Munich, Lisbonne…
Parmi ces enga­ge­ments de la saison 12/13 : l’Orchestre National de France et Daniele Gatti, le Budapest Festival Orchestra et Mark Minkowski, l’Orchestre de l’Opéra de Marseille et Michael Schonwandt, l’Orchestre de Monte-Carlo et Lawrence Foster, l’Orchestre Lamoureux et Fayçal Karoui, les Folles Journées à Nantes, Montréal, au Japon et Taiwan, des réci­tals à Paris, Aix-en-Provence, Nice, Toulon, en Espagne, Italie, Pays Bas, ainsi qu’une tour­née au Japon avec Renaud Capuçon. En 2013 il fera ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Myung-Whun Chung, ainsi que le BBC Symphony Orchestra et Mark Minkowski au Barbican à Londres.
David Kadouch enre­gis­tre en 2007 le 5ème Concerto de Beethoven « L’Empereur » lors d’un concert live à la Philharmonie de Cologne (Naxos), en 2010 l’inté­grale des Préludes de Chostakovitch (TransartLive). Dernières paru­tions : un disque Schumann avec le Concert sans orches­tre et le Quintette opus 44 avec le Quatuor Ardeo (Decca/Universal) et un disque de musi­que russe avec Moussorgski Tableaux d’une expo­si­tion, Medtner Sonate et Taneïev Prélude et fugue (Mirare).
Daniel Barenboïm le choi­sit pour par­ti­ci­per à l’enre­gis­tre­ment du DVD “Barenboïm on Beethoven” au Symphony Center de Chicago (dif­fu­sion mon­diale) et pour l’émission « Thé ou Café » que France 2 lui consa­cre. Il l’invite à rem­pla­cer Murray Perahia à Jérusalem, et tout récem­ment à rem­pla­cer Lang Lang à Ramallah, en Palestine. Arte l’a suivi à cette occa­sion (docu­men­taire dif­fusé dans « Maestro »).
David Kadouch est « Révélation Jeune Talent » des Victoires de la Musique 2010 et « Young Artist of the Year » aux Classical Music Awards 2011


A L'AFFICHE
L'ACTUALITÉ

Précédent

L'AGENDA DES CONCERTS




Conception, réalisation
kayaweb.fr